Tout commence par la passion, par le ressenti…

3 août 2014
Love it!

Nous vivons dans une société qui a beaucoup à nous offrir : abondance de nourriture, abondance de connaissance, abondance de choses matérielles... En même temps, nous nous éloignons de plus en plus de nous-mêmes et n’en retrouvons plus le chemin. Nous ne savons plus quelle nourriture nous convient le mieux, quelle connaissance nous rend le plus heureux. Même l’abondance de biens matériels ne nous apporte aucun soulagement. Nous avons tout et pensons que nous sommes libres, mais sentons-nous encore qui nous sommes ?

Nous sommes entraînés par toute une série de choses qui nous sont extérieures : la pub, les tendances, la hype. La société nous fixe de hautes exigences, à nous et à nos enfants. Comment pourrons-nous jamais atteindre ces objectifs ? Nous nous creusons la tête, nous tourmentons, et cette idée nous rend tristes et fatigués. Nous sommes arrivés dans un monde où il faut surtout penser, mais en chemin nous avons oublié de ressentir, or c’est ce qui nous relie à nous-mêmes. Je pars du principe que je ne sais rien, mais que je ressens beaucoup. Quand j’entends la passion dans “la voix amère de la tendresse” de Chavela Vargas, je sens que vis. Quand je cuisine pour mes chéris, je me sens en liaison avec eux. Quand après 20 ans je touche mon mari, je sens que ma pulsion vers lui était la bonne à l’époque. Quand je sens l’argile tourner entre mes mains, je sens que je suis heureuse. Je sens, renifle et tâte tout… Je veux partir de mes propres sens et même les aiguiser encore. Je veux me sentir moi-même. Je veux sentir le sang couler dans mes veines. Je veux sentir la vie.

Ne te casse pas la tête à propos de ce que tu veux faire ou devenir, car comment pourrais-tu le savoir ? Peux-tu lire l’avenir ? Peux-tu t’y projeter ? Ne fixe pas le but dans l’avenir et en dehors de toi, mais demande-toi ce qui t’enthousiasme ici et maintenant. Que ressens-tu ? Ecoute-toi. Je plaide pour le principe du “agir d’abord, penser ensuite”. Ou comme dit le philosophe Roman Krznaric : act first, think later. Le plus beau dans la vie, ce n’est pas le but mais la route qui y mène. Tu trouveras les réponses en chemin, pas à l’arrivée. Si tu t’y prends autrement, tu pourrais bien être désappointée au moment d’atteindre le but. Tu pensais qu’il ferait ton bonheur mais ce n’est pas ce que tu ressens in fine. Ressens d’abord, agis ensuite et pense enfin.

Il faut commencer petitement et aller pas à pas. Je ne me suis jamais fixé de but. Je n’avais pas la moindre idée de ce que je voulais devenir plus tard, mais j’avais le sentiment que de bonnes choses viendraient. Je n’ai jamais imaginé que je mènerais la vie que je mène aujourd’hui, que j’aurais un mari aussi fantastique, que j’écrirais des livres, cuisinerais, créerais mes propres céramiques, concevrais des meubles… Je ne crois pas aux talents. Les talents, il faut les cultiver, les développer. Le chemin m’a menée jusqu’ici. Si je peux le faire, tout le monde le peut. A condition de le ressentir.

'Qui se nourrit avec une nourriture naturelle pense autrement, ressent plus…'

Pascale Naessens