Pascale Naessens égale The Naked Chef

17 octobre 2015
Love it!

Paru dans le journal de qualité De Standaard le 17 octobre 2015

Pascale Naessens a écrit les meilleurs livres de cuisine des vingt dernières années. Au Frankfurter Buchmesse elle a été élue «Best of the Best» dans la catégorie «Best Series»

Les livres de cuisine occupent de plus en plus de place dans les foires du livre. C’est le cas à Anvers et également au Frankfurter Buchmesse, la plus grande foire du livre du monde. Une salle entière y est exclusivement consacrée à la cuisine, avec des livres du monde entier. L’organisation française Gourmand International a surfé sur cette vague et y a élu les « Best of the Best », les meilleurs livres de cuisine des vingt dernières années. Il s’agit d’une sélection reprise dans quelques dizaines de catégories. Du meilleur livre de cuisine tout court, une palme attribuée à Jamie Oliver pour son The naked chef, à la meilleure série de livres de cuisine, couronnement du travail de Pascale Naessens avec ses six livres.  En jetant un coup d’œil sur le top dix de la semaine dernière, on constate que ces six livres occupent de manière marquante les six premières places dans la liste des livres de vie pratique. Dans ce même top, point de Jeroen Meus ni de Piet Huysentruyt.

Nous ne savons pas exactement combien de ses livres de cuisine se trouvent sur les tables de cuisine et de salon flamandes réunies. Naessens ne donne jamais de chiffre. « C’est un principe », dit-elle, « sinon cela ne fait que donner lieu à des interprétations erronées et à des réactions méchantes. » Mais force est de constater que le premier tirage de son dernier livre, Puur eten 2, aborde le marché avec une quantité record de 110.000 exemplaires.

Facteur de confort
Écrire six livres en autant d’années et en faire la meilleure série du monde. Cela doit être tout un art dans un marché qui, à première vue, semble saturé. « Mais le livre de cuisine n’est plus ce qu’il était », explique Édouard Cointreau du Gourmand World Cookbook Awards lors de la remise des prix jeudi soir à Francfort. « Il y a vingt ans, on cachait les livres de cuisine dans un petit coin. C’était quelque chose pour les fanas et les spécialistes. Dans le monde actuel, fort complexe, ils sont devenus des facteurs de confort, un chemin d’évasion vers un autre univers ». C’est là que Pascale Naessens et l’esprit du temps se rencontrent : « Je trouve que le fait de réduire l’alimentation à des recettes techniques est une énorme erreur. Pour moi, la nourriture est une question d’ambiance, de rapport entre les gens ».

C’est ce rapport qui véhicule le mieux ce que Naessens représente. Naessens n’est tout juste pas encore devenu un verbe. Il suffit d’un seul plat pour que les lecteurs, et surtout les lectrices, échangent des regards éloquents dans lesquels ils se renvoient « Pascale Naessens ? ». Le fait que la gamme de produits lifestyle, qui continue de croître dans le sillage de ses livres et qui, après l’huile d’olive, les meubles, les services et le linge de table, proposera bientôt du sel et du poivre, est tout à fait en phase avec cette tendance.

« Il y a six ans, je n’aurais jamais osé y croire », dit-elle, « je suis partie de ma propre philosophie, de mes propres idées, de la science que j’avais personnellement approfondie. Je voulais moi-même manger différemment, abandonner cette alimentation raffinée et cette surabondance de glucides qui avait aussi affecté ma santé. À aucun instant, je ne me suis imaginé qu’un livre sur ma vision d’une alimentation saine pourrait connaître du succès. Il faut croire qu’intuitivement j’ai attaqué le sujet d’une manière différente des autres ouvrages qui à l’époque abordaient des sujets de santé. Je n’étais pas restrictive, je n’imposais pas d’interdictions, j’écrivais que manger de la graisse n’était pas un problème et j’ai donné envie aux gens de manger sainement. »

Santé
Est-ce là une stratégie qui peut nous apprendre quelque chose en ces temps de controverse sur l’impôt sur le sucre ?  « On ne peut pas nier que nous avons un problème. Beaucoup de personnes mangent trop de sucre, d’où plein de problèmes de santé. Et on sait que le problème ne fait que croître. Mais l’impôt sur le sucre apporte-t-il la solution ? Je n’y crois pas. Il ne faut pas combattre la séduction, mais rendre les gens plus résistants par rapport à cette séduction. Je vois ça aussi chez mes lecteurs, et dans leurs réactions. Si tu apprends à manger différemment et si tu le fais en finesse, tu mangeras moins de sucre et tu en perdras l’envie, ainsi l’envie de consommer des glucides rapides. »

Naessens n’en est pas à son premier prix. En 2013, elle a déjà gagné un Gourmet Award et en 2014, au Beijing Cookbook Fair, elle a chipé un prix de la part du célèbre chef Alain Ducasse. « Je suis bien sûr contente d’avoir obtenu ce prix », dit-elle, « c’est un billet d’entrée pour le marché international et pour des nouvelles rencontres. C’est grâce à un prix pareil que mes livres se vendent actuellement en Chine. Et là, je repars de zéro, car qui connaît Pascale Naessens à l’étranger ? Personne, non ? » (rires)

 

* L’article en néerlandais peut être lu dans le document PDF ci-dessous.

'Il y a six ans, je n’aurais jamais osé y croire. À aucun instant, je ne me suis imaginé qu’un livre sur ma vision d’une alimentation saine pourrait connaître du succès.'