Combinaisons simples

1 juin 2014
Love it!

Plus simple est le repas, plus aisée en sera la digestion.

La base : ne pas combiner de glucides avec les protéines

  • Protéines concentrées : viande, poisson, fromage, soja, quorn, seitan…
  • Glucides concentrés : quinoa, lentilles, fèves, haricots secs, pois chiches,  pommes de terre*, pain*, pâtes*, riz*, céréales*

*Ce sont des glucides ou sucres rapides, j’en consomme rarement car ils délivrent très vite leurs sucres et font monter votre taux de glycémie. Considérez-les comme de la “comfort food”.

Le principe des combinaisons d’aliments simples agit avec une telle efficacité que cela peut changer votre vie.
Nous sommes les seuls êtres vivants sur terre qui mangent vraiment de tout, les seuls vrais omnivores. Et nous ne mangeons pas seulement de tout, mais aussi en grande quantité. Cela pèse sur notre système digestif et ralentit la digestion à tel point que la nourriture commence à fermenter et à se putréfier dans notre estomac et notre intestin avant de pouvoir être digérée pour de bon. La conséquence bien connue est une sensation de ballonnement accompagnée de crampes.

Combinaisons d’aliments simples:

  • Poisson + légumes
    (protéines + légumes)
  • Viande + légumes
    (protéines + légumes)
  • Fromage + légumes
    (protéines + légumes)
  • Pommes de terre + légumes
    (glucides + légumes)

Chaque groupe d’aliments a besoin d’une enzyme spécifique pour être brisé. De plus, les protéines ont besoin d’un milieu acide dans l’estomac pour être brisées alors que le processus de décomposition de l’amidon est amorcé par la ptyaline, une enzyme qui ne fonctionne que dans un milieu basique. Ensemble, acide et base se neutralisent. La digestion des glucides est empêchée par la présence de sucs digestifs acides, tandis que les protéines ne peuvent pas être bien digérées à cause de la présence de sucs digestifs basiques.

En respectant les combinaisons simples, on en ressent tout de suite les bienfaits:

  • on n’a pas le ventre gonflé;
  • on n’a pas l’estomac chargé;
  • les aliments ne fermentent pas dans l’intestin;
  • on n’éprouve pas de somnolence;
  • on se sent plus en forme, plus tonique, parce que notre organisme ne perd pas d’énergie dans une digestion difficile et parce que l’on retire plus de nutriments de notre nourriture en digérant facilement (on est ce que l’on assimile et pas ce que l’on mange);
  • cela fait mincir;
  • cela donne une peau rayonnante;
  • cela stimule les bonnes bactéries intestinales.

Toutes mes recettes sont composées selon le principe des combinaisons simples. Testez-les vous-même et vous en remarquerez les bienfaits.

Et les fruits?
Je mange les fruits au petit-déjeuner.

La meilleure chose que j’aie faite, c’est de remplacer les tartines du matin par des fruits. Cela me donne un boost de vitamines, de minéraux, d’antioxydants, de tissus secondaires végétaux, d’eau… Quand vous lisez des articles scientifiques à propos de l’alimentation saine, vous y lisez souvent “mangez plus de fruits et légumes”. Jamais par contre je n’ai lu “mangez plus de pain” ! Les producteurs de céréales sont de plus en plus en ligne de mire, pas mal d’études scientifiques et livres sont parus qui envoient au tapis l’idée des céréales comme base de notre alimentation.

Une étude britannique sur 65.226 hommes et femmes l’a clairement montré : plus vous mangez de fruits et légumes, moins vous avez de risque de mourir de quelque maladie que ce soit à n’importe quel âge.  7 portions et plus diminuent le risque de décès de 42%. Cela diminue le risque de crise cardiaque, de cancer, de congestion cérébrale… Le Dr Oyebode*, qui a dirigé cette étude, précise bien que les pommes de terre ne font pas partie des légumes concernés parce qu’elles fournissent surtout des glucides. Les fruits et légumes contiennent des micronutriments et des fibres, et ce sont eux qui sont importants pour notre santé.

Ne soyez pas fanatique
Dans la vie, rien n’est tout blanc ou tout noir, et sûrement pas l’alimentation. Je tends chaque jour vers une nourriture saine et des combinaisons simples, sans la moindre difficulté. Au contraire, c’est ce que mon corps réclame. Cela ne signifie pas que je ne peux pas aussi profiter de temps à autre d’un dessert ou d’une combinaison incorrecte. Pensez-y : ma façon de manger n’est certainement pas fanatique et laisse de l’espace pour l’expérimentation. 70-80% de mon alimentation représentent ma nourriture de base, des aliments naturels qui donnent de la force à mon organisme. Les légumes, les fruits, les noix, les œufs, le poisson, la viande… Les 20-30% restant sont ma comfort food : desserts, chocolat, chips… Mais dans cette catégorie je range aussi les pommes de terre et le pain.

Sur quoi les combinaisons d’aliments sont-elles basées?
Les initiateurs de la méthode sont les Dr Hay et Shelton. Les deux médecins avaient des problèmes de système digestif et recherchaient une façon de s’alimenter moins pesante pour l’organisme. Partout dans le monde des spécialistes de la nutrition enthousiastes les ont suivi et ont constaté des résultats positifs chez leurs patients. Depuis, on peut retrouver cette méthode dans beaucoup de livres de santé populaires. Le coup d’envoi de cette vulgarisation a été Fit for Life de Harvey & Marilyn Diamond. Ce livre est resté au top pendant des années à l’échelle internationale. En Allemagne, on parle de TrennKost-Konzept. Les populaires et très jolies foodies anglaises, Jasmine Hemsley et Melissa Hemsley, tiennent aussi compte des combinaisons d’aliments. Et la nutritionniste américaine bien connue Kimberly Snyder a inspiré pas mal de célébrités américaines avec ses combinaisons saines.

Les combinaisons d’aliments ne sont pas prises au sérieux par certains médecins classiques qui considèrent que les omnivores doivent pouvoir tout digérer (ensemble).

Mais si les gens n’y trouvaient aucun avantage, pourquoi ces régimes seraient-ils si populaires ? Pourquoi continueraient-ils à faire tant de bien s’ils ne reposaient sur rien?
Au lieu de considérer ce régime comme un non-sens, je trouve que ce serait faire preuve de plus de professionnalisme de se demander :

Comment se fait-il que les gens se sentent mieux en suivant cette manière de manger?
Comment se fait-il que les gens retirent plus d’énergie de cette manière de manger?
Pourquoi les gens la suivent-ils aussi bien?
Pourquoi les gens perdent-ils autant de poids en la suivant?
Pourquoi les gens s’en sentent-ils plus heureux?
Pourquoi tant de gens souffrant du Syndrome de Fatigue Chronique (SFC) disent-ils qu’ils ont beaucoup plus d’énergie?
Pourquoi des gens ayant l’estomac ou l’intestin dérangé déclarent-ils avoir beaucoup moins ou plus du tout de troubles?

Serait-ce parce que les “combinaisons d’aliments” ne sont pas pensées par des diététiciens qu’elles sont autant freinées? J’ai emprunté l’expression à un article particulièrement intéressant du Dr. Frits Muskiet paru sous le titre Superfoods, het is niet door de voedingsdeskundigen bedacht en daarom kwam er ruim tegengas  (Les Superfoods ne sont pas pensés par des diététiciens c’est pourquoi ils ont été largement freinés).

Lisez ici des témoignages de personnes qui mangent en fonction des “combinaisons simples”.

 

*Dr Oyinlola Oyebode, Department of Epidemiology and Public Health, UCL.